L’été slovène – Clément Bénech

benech lisant toussaint

Clément Bénech lisant Jean-Philippe Toussaint. Image issue de ce site

 

Premier roman salué par la critique lors de sa sortie, L’été slovène est le récit bref et incisif d’un voyage en Slovénie. Le narrateur et sa femme, tous deux étudiants en géographie, partent donc afin d’affiner leurs connaissances sur ce pays en vue de préparer leur thèse. Mais une autre raison, personnelle et officieuse, se détache peu à peu : ce voyage est pour les deux amants un ultime moyen de sauver leur couple, sentant celui-ci battre de l’aile.

Toutefois tout semble distraire l’intimité qu’essaient de se construire ce jeune couple. Lui mutin et goguenard, semble gauche, essaie de sauver les meubles à coups de jeux de mots et de taquineries, qui, souvent, passent assez mal. Elle, froide et distante, a tiré un trait sur la relation mais ne cesse de lui donner une chance, encore.

Clément Bénech brosse le portrait cocasse et tragique de ce couple improbable, avec un humour grinçant, douceâtre et un style d’une concision impeccable où l’on  perçoit assurément les influences de l’auteur : Eric Chevillard, ou Jean-Philippe Toussaint. On pense parfois à Bonjour tristesse, le premier roman de Sagan en écoutant la musique rapide et sèche, acidulée, ponctuée d’aphorismes (« C’est vrai, répondis-je froidement, c’est vrai que je suis un assez bon exemple d’un garçon tel que moi » : on croirait du Frédéric Beigbeder), et où surgissent parfois des expressions délicieusement désuètes : « canopée », « tricot de peau », « courtepointe ».

Il nous offre alors les clichés doux-amers de ce couple dysfonctionnel voué à la décrépitude, où tragique et comique se côtoient avec ambiguïté et où s’intercalent le déchirement et l’attachement, l’humour et le renoncement, la fuite et la redécouverte, la douceur et l’énervement, l’envie irrépressible de sauver et le besoin indubitable de tourner la page.

 

L’été slovène, Clément Bénech, Flammarion, 126 pages. (J’ai Lu, 2015).

Clément Bénech, né en 1991, est écrivain, journaliste et collaborateur de Libération, Décapage ou La Cause littéraire. Après L’été slovène (Flammarion, 2013), Lève-toi et charme est paru en 2015.

Publicités
Cet article a été publié dans Romans. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour L’été slovène – Clément Bénech

  1. Ping : Entretien avec Clément Bénech – " C'est assez poétique. Mais ce n'est pas très sérieux. " Saint-Exupéry

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s