Atelier d’écriture 5. Tout est chaos

11054675936_5c572206a0_k

© Julien Ribot

J’y suis allé, c’était le soir. C’était devenu une habitude, quelque chose de presque automatique. En moi, tout se désagrègeait, tout s’épaississait et s’effilochait. Je le nommais communément le repère. C’était censé devenir une clinique mais les travaux ont été interrompus. Naturellement, les squatteurs et les sans domicile fixe ont rapidement investi les lieux.

L’esthétique brute de l’endroit a inspiré de nombreux artistes en herbe qui vinrent tapisser chaque zone grise cimentée de couleurs vives en d’étranges arabesques de rue. C’était notre rendez-vous, je n’y avais jamais croisé personne donc je ne craignais rien, et quand bien même : un endroit abandonné est à tout le monde.

Je traversai les couloirs et les pièces, arrangés en enfilade. C’était laid et beau à la fois. Laid comme le monde. Et beau comme le monde. Une impression de liberté m’habitait à l’instant où j’entrais. Comme si je vivais dans un palais. Un palais de béton, certes, mais c’était cela : des pièces très vastes, des escaliers, des balcons, un toit d’où naturellement tout le monde se prenait pour le roi de la terre, et sans cesse de nouveaux interstices qui se révélaient.

Le soleil se couchait. Se dégagea une humeur crépusculaire propice à l’attente, à la réflexion, quelque chose d’étonnamment stuporeux. Je me suis assis sur le rebord de la fenêtre et m’installai dans la contemplation de la ville qui grouillait. Tout s’effondre dans ma tête, je sais bien, parce que je ne comprends pas où je vais. Et je fais n’importe quoi. Mais on n’est pas sérieux quand on a dix-sept ans. Alors ça va. Alors je me raccroche à cela.

Mes jambes tombent dans le vide. La figure connue se dessine derrière moi, s’avance sans un mot. S’assoie à gauche et soutient mon regard.

Publicités
Cet article, publié dans Catharsis, Nouvelles, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour Atelier d’écriture 5. Tout est chaos

  1. sabariscon dit :

    Un texte assez énigmatique. Je n’ai pas trop compris ce qu’était cette figure.

    J'aime

    • lyvann dit :

      Oui je l’ai voulu mystérieux. La figure peut-être à peu près ce que l’on veut : un amour à qui l’on a donné rendez-vous, un danger, un souvenir, un fantôme, un mirage…. etc

      J'aime

  2. Albertine dit :

    Comme Sabine, je m’interroge sur ce personnage mystérieux. J’aime beaucoup les descriptions de l’endroit, un étonnant palais de béton.

    J'aime

  3. Leiloona dit :

    Hum, j’ai une impression bizarre avec ce texte … je l’interprète comme une ombre qui est là, tapie dans ce jeune homme de 17 ans … on n’est pas sérieux quand on a 17 ans ? En es-tu certain ? 🙂

    J'aime

    • lyvann dit :

      Bizarre… je le prends comme un compliment car c’était le but recherché 🙂

      En suis-je certain ? Comme tu le sais la citation n »est pas de moi, et je ne sais pas si je la reprendrais à mon compte..Haha je ne peux pas dire : je n’ai encore jamais eu dix-sept ans (je me suis bien débrouillé pour ne pas répondre non ?) 😉

      J'aime

  4. Ping : Atelier d’écriture 7 – Tout est chaos II – Articles, chroniques, lectures

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s