Atelier d’écriture 4 – Le coupe-gorge

Chaque semaine, Leiloona propose un atelier d’écriture sur son blog à partir d’une photo :

atelier d'ecriture4

La nuit était déjà installée depuis plusieurs heures. Un vent froid s’était subitement abattu. Les volets sont tous fermés. Aucune lueur ne filtre depuis les appartements.

Des flaques d’eau font miroiter les pâles reflets lunaires.

Les réverbères semblent souffler un halo de lumière blanche autour d’eux. L’homme s’avance avec assurance dans la rue. Il tient le bras de la femme avec crispation. Cette dernière ne dit mot.

Il marche à vive allure, elle se force à marcher au même niveau que lui. Où l’emmène-t-il ? Elle ne reconnaît pas la rue, ni le quartier. Ils ne se parlent pas, prennent garde à rester discrets. Elle ne le questionne pas.

Il l’entraîne dans des escaliers. Elle n’a pas vraiment confiance. Il continue de lui tenir le bras, sans la lâcher. Les murs se décrépissent, un portail en fer forgé frémit avec le vent. D’un coup brusque du pied, il ouvre le portail et descend, toujours accompagné par cette femme, qui tremble.

Un étrange sentiment d’insécurité continue de l’habiter, elle ; et lui force une mine austère. Que lui réserve-il ?

Il pousse la porte, la tire à l’intérieur.

Il y a une vingtaine de gens qui les attendent. Quelqu’un lance la musique.

Joyeux anniversaire.

Publicités
Cet article a été publié dans Catharsis, Nouvelles. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

14 commentaires pour Atelier d’écriture 4 – Le coupe-gorge

  1. Ellettres dit :

    Haha, l’effet de suspense joue à plein jusqu’au dénouement tout bête qui fait éclater la bulle… génial !

    J'aime

    • lyvann dit :

      Merci 🙂 oui le dénouement est tout bête, mais c’est ce qui le rend presque « abrupt », juste deux mots !

      J’ai voulu jouer sur le côté sombre de la photo puis comique mais arriver à garder une cohérence : on croit qu’elle se fait agresser mais rien ne nous dit qu’ils ne se connaissent pas, j’écris qu’elle « tremble » mais elle peut très bien trembler de froid par exemple, et pas de peur, j’ecris qu’ils se la tient fermement et on imagine qu’il la menace ou autre alors qu’ils ne font que se tenir par le bras…

      C’est ce qui fait le côté « piège » 😉

      J'aime

  2. Benedicte D. dit :

    Amusant d’avoir pris l’histoire à l’envers!!….

    J'aime

  3. sabariscon dit :

    Quel stress, la pauvre!!!! Le récit est bien mené’!

    J'aime

  4. Surpriiiise !!!!
    Ah moi aussi j’aurais eu les chocottes !

    J'aime

  5. Leiloona dit :

    Ça me rappelle la nouvelle « le cauchemar en jaune » pour la chute, tu connais ? 🙂

    J'aime

    • lyvann dit :

      Leilonna oui j’y ai aussi pensé mais résultat il y a réellement un meurtre alors que dans mon histoire pas du tout : j’ai pas voulu qu’on dise que j’avais « copié » mais c’est vrai que j’y ai pensé !!

      J'aime

  6. nimentrix dit :

    Moi qui aime les chutes inattendues, je ne peux qu’applaudir 🙂

    J'aime

  7. adèle dit :

    Bien vu ! Je me suis évidemment faite avoir ! 🙂

    J'aime

  8. caroline dit :

    Suspense!!!on est dedans!!merci😜

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s