Le crime du comte Neville – Amélie Nothomb

nothomb

Chronique parue dans le magazine L’Ivre de Lire le 14 septembre 2015.

 

Amélie Nothomb, qu’est-ce ? Un univers singulier, plein d’autodérision, plein d’érudition où l’on trouve des mots adorables, désuets, oubliés, des dialogues où mauvaise foi et logique se confrontent, des personnages truculents, c’est l’univers belge et l’univers japonais qui se télescopent. Autrement dit, une sorte ovni.

Ce roman est un parfait Nothomb : il est plutôt court (130 pages), les personnages ont des noms d’une désuétude charmante et châtelaine (Oreste, Rosalba, Sérieuse…) et il contient dès les premières pages le mot pneu qu’elle a avoué placer dans tous ses romans et qu’elle affectionne.

Dans son château du Pluvier, ruine perdue dans les Ardennes belges, le comte Neville ressasse la prédiction loufoque d’une vieille voyante qui avait récupéré sa fille adolescente en pleine nuit dans la forêt, selon laquelle il assassinerait l’un des invités à sa prochaine garden-party. Il s’agit donc d’une sorte de polar à l’envers : on sait qui est l’assassin mais on ignore jusqu’aux dernières pages qui est la victime. Un polar à la Nothomb ? Rassurons-nous, elle ne s’inspire pas des Higgins Clark et des Conan Doyle mais plutôt des nouvelles telles que Le Crime de Lord Arthur Saville d’Oscar Wilde, qu’on adorera si on a aimé celui de Nothomb. Point de sang, d’enquête avec inspecteur de police replet, de suspects – mais à la place une fin plutôt bien ficelée, un château en Belgique, une caricature mi-tendre mi-aigre des travers de la noblesse belge, des dialogues ciselés.

On a souvent argué que ses derniers romans étaient prétendument moins bons que les anciens. Celui-ci je l’avoue est loin d’être le meilleur que j’ai pu lire d’elle. Ceci dit je me refuse à croire que le nothombisme dépérira. Peu d’écrivains clivent à ce point en pro-Nothomb contre les anti-Nothomb et il reste encore des milliers de pro-Nothomb. Alors oui, peut-être qu’il y a des mieux que d’autres, ça me paraît évident. Peut-être est-ce en partie vrai, mais quand on commence une carrière avec Hygiène de l’assassin, est-il vraiment évident de poursuivre une telle ascension ?

Le crime du comte Neville, Amélie Nothomb, Albin Michel, août 2015.

La baronne Amélie Nothomb, née en 1967 à Kobé au Japon est une romancière de nationalité belge et de langue française et l’une des plus grands écrivains francophones de ces vingt-cinq dernières années. Fortement influencée par son enfance en Extrême-Orient, cette auteure prolifique s’est construit un univers singulier qui fait d’elle une célébrité autant admirée que jalousée. Auteure notamment d’Hygiène de l’assassin (1992), Métaphysique des tubes (2000), et elle est lauréate du prix de Flore 2007 pour Ni d’Eve, ni d’Adam et du Grand prix du Roman de l’Académie française 1999 pour Stupeur et tremblements. Écrivain médiatique et controversée, d’aucuns critiquent son allure faussement décalée tandis que d’autres la considèrent comme un véritable génie littéraire.

Publicités
Cet article a été publié dans Rentrée littéraire, Rentrée littéraire 2015, Romans. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Le crime du comte Neville – Amélie Nothomb

  1. caroline dit :

    oui,elle va poursuivre son ascension!!je ne suis pas inquiète!votre article est très intéressant,j’ai toujours plaisir à vous lire,bonne continuation!!a bientôt!

    J'aime

    • Claudie CAPELLE dit :

      bonjour
      votre commentaire me donne envie de revenir vers Amelie Nothomb…..je l avais découverte il y a ……mon Dieu déjà 20ans….avec les catilinaires ( que j avais adoré )ensuite j ai tout lu jusqu il y a 4 -5 ans et je me suis un peu lassée….grace à vous je vais lire celui ci….

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s