Phantasmes

Sonnet paru dans le magazine L’Ivre de lire et écrit le 2 Avril 2015.

phantasmes

Phantasmes

Souvent m’étreint ce rêve, insolite et profond,
Qui sans trop le vouloir, infeste ma conscience
Et qui sans coup férir, jusque dans les tréfonds
De mon âme enfumée dérègle tous les sens.

Le temps est bien instable et l’époque incertaine,
A l’heure où je ne sais, ni où, ni qui je suis,
J’erre en une demeure à l’allure lointaine,
Dans les couloirs morts, une vraie peur me poursuit.

Dans les lueurs macabres, un spectre m’accompagne,
Blafard, l’œil est éteint – la panique me gagne !
Il saisit mon bras, le presse de ses doigts grêles.

Dans le couloir sale, sordide et ténébreux,
Je reste mais j’ai crainte des reflets ombreux.
Et chaque nuit je trouve ce visage frêle.

Le 2 Avril 2015.

Publicités
Cet article a été publié dans Catharsis, Poésies. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Phantasmes

  1. caroline dit :

    j’adore votre plume!!on s’y croirait,c’est vraiment trés bien!!!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s